• Choisissez votre langue :
  •  
  •  
  •  

Mercredi 14 Nov. 2018

L'Association ACP Legal

  • L'Ohadac et ACP Legal

    La notoriété mondiale et le succès du programme OHADA (Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires) ont amené de très nombreux juristes, des entreprises et certains Gouvernements des Etats de la Caraïbe à réfléchir à la mise en place d'un programme d'unification du droit des affaires dans la Caraïbe reprenant la philosophie du précédent de l'OHADA.

    Lire la suite

  • L'OHADAC en bref

    Plaquette réalisée par l'Association ACP Legal.

    plaquette_fr_page1 plaquette_fr_page2 plaquette_fr_page3 plaquette_fr_page4

    Télécharger

Nous contacter

Tour Sécid, 8ème étage
Place de la Rénovation
97110 Pointe-à-Pitre
Guadeloupe (FWI)

Contactez-nous

Code européen de droit des affaires / Traité de l'Elysée / Position commune Assemblée Nationale-Bundestag

10 Juil. 2018

couvertureDans le prolongement des précédentes lettres d'information, votre site www.ohada.com est heureux de vous informer que l'objectif de l'ancrage du projet Code européen des affaires dans le nouveau traité de l'Elysée, qui déterminera les axes de la future coopération franco-allemande visant le renforcement de l'intégration européenne, se concrétise.

Dans sa réunion du 20 juin dernier, le Comité du groupe parlementaire franco-allemand, présidé par le député Andreas Jung, Bundestag, avec deux co-présidents de l'Assemblée Nationale française, les députés Madame Sabine Thillaye et Monsieur Christophe Arend, a officiellement émis la recommandation que le projet du Code européen de droit des affaires soit retenu comme un élément central du traité. Cette recommandation commune des deux assemblées a été officiellement transmise Madame Nathalie Loiseau, Ministre de l'Europe et des affaires étrangères (France) et à Monsieur Michael Roth, Secrétaire d'Etat pour l'Europe (Allemagne), afin que ces derniers puissent intégrer les préconisations des deux assemblées dans le futur traité de l'Elysée.

A noter les points 2 et 8 de la positions commune des deux assemblées (Gemeinsames positionspaper / position commune)

« 2. L'engagement pour un approfondissement du marché intérieur, afin d'accroître les investissements, l'emploi et la croissance au sein de l'UE. Ce point comprend aussi le parachèvement du marché unique du numérique, la création d'un droit européen des affaires et une coopération étroite sur les questions relatives à la forme à donner à la mutation sociale du monde du travail inhérente à la numérisation ».

8. La réalisation d'un espace économique franco-allemand. Il nous faut pour cela une coopération renforcée entre la France et l'Allemagne dans la promotion des investissements publics transfrontaliers à travers la Banque européenne d'investissement ainsi que par les banques nationales de développement et par les banques nationales publiques spécialisées, des règles harmonisées [dans la version allemande : “einheitliche Regelungen”], notamment en ce qui concerne le droit des sociétés et l'encadrement des faillites ainsi qu'une taxation effective des entreprises par le biais de l‘harmonisation de l'assiette de l'impôt sur les sociétés et d'un travail plus large de convergence. La mise en œuvre conjointe de la réglementation du marché unique européen dans les régions frontalières doit se faire à travers la suppression des entraves administratives et linguistiques. Le respect du salaire minimum, des conditions de sécurité au travail et, plus généralement, de l'ensemble des droits des travailleurs doit, à cet égard, être absolument garanti.

Publié le 10/07/2018, 11h08

Imprimer